Ces fascinants buccins « The Lightning Whelk »

Ils sont mes trésors des mers préférés.

Peut-être parce qu’ils sont de ma première cueillette, peut-être aussi parce qu’ils sont très fascinants. Je vous explique :

Un coquillage, même chez nos escargots terrestres, possède un opercule. Cette ouverture permet au mollusque de sortir pour se nourrir et se déplacer.

Chez les buccins, l’opercule peut être d’ouverture gauche ou droite.

Celui à ouverture gauche est plus commun et celui à ouverture droite est plus rare, donc plus coûteux.

Ils se cueillent à marée basse sur les côtes de l’Atlantique.

Comment savoir si vous cueillez un gaucher ou un droitier : prenez-le (lorsqu’il est vide de son hôte) afin d’y insérer vos quatre doigts à l’intérieur, et le pouce à l’extérieur en pointant l’apex (pointe) vers le haut.

Alors là, vous saurez ce que vous avez cueilli.

Ils sont comestibles et très prisés sur la Côte Est.

Arborant un arc-en-ciel de coloris du blanc, gris au jaune et rosé, même le noir, ces rois des mers peuvent mesurer jusqu’à 30 cm de longueur.

Quelquefois, ils sont troués et amincis par le vieillissement ou épaissis par la calcification de l’effet de l’eau, du sel et du sable.

Les buccins pondent leurs œufs sous la forme de chapelet pouvant mesurer jusqu’à 1 km de long. Ces étranges chapelets demeurent en flottaison dans l’océan pendant plusieurs semaines.
Ils sont constitués de milliers de rondelles collées les unes à la suite des autres et reliées par un cordon et contenant chacune des centaines de bébés buccins (dans leur coquille).

 

Une collection sans fin.

Une réflexion sur “Ces fascinants buccins « The Lightning Whelk »

  1. […] Et c’est là, que je cueille pour la première fois de ma vie, des buccins. Ces merveilleux coquillages qui deviendront mes préférés de tous. (voir mon article Ces fascinants buccins « The Lightning Whelk ») […]

Les commentaires sont fermés.